Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

75002

Objectifs de RiskInParis

     Partir des faits divers, en fait d'une base de données, pour  déterminer  votre niveau de sécurité de manière objective!
   Faites nous part de vos suggestions en utilisant le lien contact pour ajouter un fait. Merci

75 Paris Où habiter?

75 Paris Quartiers à éviter si possible 

75_Paris_Delinquance.JPG

 

Pour le 91

91_IV.JPG

 

Pour le 92

 

 

Pour le 93

 

 

Pour le 94

 

 


Articles Récents

Plus par département...

Pour voir les faits divers par type
 de faits divers
 
Accidents automobile    60 75 77 78 91 92 93 94 95
Agressions    60 75 77 78 91 92 93 94 95
Agressions à caractère sexuel    60 75 77 78 91 92 93 94 95
Bandes    60 75 77 78 91 92 93 94 95
Drogue dealer cannabis     60 75 77 78 91 92 93 94 95
Ecoles (Incidents, rackets);   60 75 77 78 91 92 93 94 95
Incidents avec la police    60 75 77 78 91 92 93 94 95
Voitures incendiées    60 75 77 78 91 92 93 94 95

78 Yvelines

78_X1.JPG

91 Essonne

Pour le 91

91_IV.JPG

 

 

92 Hauts de Seine

Neuilly est très calme et asnières plus mouvementée

92_X_DR.JPG

23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 23:10
Pour la location d'appartement ou pour un achat, vérifiez au préalable sa sécurité et le niveau de délinquance autour! Voici un extrait de la liste des derniers faits pour les départements

    Ce site a pour but de vous permettre de visualiser sur une carte les faits connus du site RiskInParis

Département: :     Votre ville:

Violences en lycées, CES, colléges:
Pour une Education nationale citoyenne!

 

La  violence scolaire fait à nouveau la une de l’actualité ! De jeunes barbares agressent nos chers enseignants,  nos enfants avec fait aggravant, des marteaux, batte des base balls, voire des cutters. Le monde idéal des enfants devrait être, par définition, sans aucune violence ! Du moins ce que nous imaginons et rêvons ! Et nous sommes prêts à défendre ce monde idéal, sans violence où tout serait lisse avec des professeurs et des élèves  au dessus de tout soupçon ! Examinons cependant la réalité en commençant par notre chère institution puis par la Mairie et enfin par les parents qui ont une part de responsabilité.

 

L’école est l’instrument d’un  violence sociale qui exclue et stigmatise à vie chaque année 140 000 jeunes : Cette institution est extrêmement violente. Elle effectue le tri « objectif » - en fait accepté par l’ensemble de la société  et donc reposant sur une égalité des chances- entre ceux qui auront la possibilité d’avoir un travail stable et ceux qui seront condamnés à une vie précaire. Quelle violence !   Elle produit, chaque année, plus de 140 000 jeunes sans aucun diplôme et les abandonne sans aucun bagage à la charge de la société !. Sans que cette situation ne soit réellement prise en compte, connue, mesurée. On affiche les résultats de chaque établissement  au bac mais rien sur les échecs scolaires et les sorties à 16 et 18 ans sans aucune qualification professionnelle. Notre proposition est de  définir un tableau de bord standard  et public de chaque établissement dans lequel le nombre d’échecs scolaires soit affiché..

 

L’école est un particulièrement opaque, cache les données sur la violence au sein des établissements. La rumeur évoque 80 000 faits de délinquance par an ( 10% de rackets) au sein des 11 200 établissements scolaires, collèges et lycées ! En matière de délinquance, faits anormaux, elle ne communique aucun chiffre ou statistiques bien que l’existence de fichiers – alimentation imparfaite du fichier Signa http://media.education.gouv.fr/file/02/6/4026.pdfhttp://media.education.gouv.fr/file/2008/73/0/NI0834_40730.pdf  - soit  connue. Par peur de l’autre ou peur d’être discriminé. On devine que les agressions à l’égard du corps enseignant se multiplient. Mais sans aucun chiffre, personne ne peut analyser ni dialoguer avec d’autres ou prendre des décisions ou faire comprendre la nécessité de certaines actions ; La seule réponse est donc la réaction émotionnelle. Sans connaissance, sans chiffre, impossible de se réformer. Là encore un tableau de bord s’impose ! remplacé par le logiciel Sivis

 

L’absence de  certification de chaque établissement scolaire. Dans une entreprise avec du personnel, il y a obligation de publier un bilan social annuel normalisé, diffusé annuellement et débattu avec les organisations syndicales. Ce document comprend le taux d’absentéisme, l’expérience en années de chaque catégorie de personnels, les augmentations de salaire.

 

L’absence de Comité d’hygiène et sécurité ( CHSCT) au sein de chaque établissement. Des règles sont éjà définies. Les respecter est un préalable avant d’envisager toute réforme. Le blog de  Jean-Paul Brighelli, professeur  http://bonnetdane.midiblogs.com/  rappelle de manière pragmatique l’existence de quelques mesures de base (suppression de portables, contrôle du carnet de correspondance, prise en charge des perturbateurs par l’administration, de « vrais »  surveillants)

 

La réponse  syndicale est t--elle adaptée ?  Reprenons quelques revendications « syndicales »  ou  souvent « corporatistes »a) la suppression de la mastérisation du cursus de formation ( ?)  b) augmentation du nombre d’enseignants (quel rapport avec la violence des bandes ?) c) augmentation du nombre de surveillants – sachant qu’ils ne sont pas habilités à verbaliser, ni à s’opposer physiquement aux bandes – d) refus d’installer des caméras e) droit de retrait – donc sans retenue de salaires -, droit exorbitant non reconnu aux employés de grande surface, des pompistes et même aux agents de la SNCF qui se mettent en grève à chaque agression.

 

*

***

 

En l’absence de réponse de l’Ecole, la violence non réglée par l’Education Nationale bureaucratique – sur ce point précis, ne généralisons pas ! -  est transférée aux édiles locaux et donc est alors pris een compte par l’échelon local, à savoir le Maire, le Conseil Général. Il doit suivre les jeunes et faire face à la gestion de la délinquance. Pour les jeune exclus du système scolaire et laissés pour compte à 16 ans en créant des « écoles de la deuxième chance » , des formations pour adulte (AFPA)  Etrange paradoxe que de créer des écoles parallèles à coté du système scolaire officiel déficient !

 

La délinquance a une source économique évidente. Toute une classe d’âge de jeunes de 16 à 18 ans ne bénéficie d’aucune ressource ni RMI, ni RSA, la tentation est grande pour ces derniers de basculer dans l’économie parallèle et souvent de glisser dans la drogue voire le trafic de drogue. Ces dérives sont traquées par la loi et conduit  face à la pression policière par une organisation spécifique avec concentration dans des quartiers sensibles où la police intervient peu. Les villes « riches » disposent d’une police municipale, installent des caméras de surveillance ce qui dissuadent les marginaux de s’installer et les conduit à aller ailleurs. Ils vont s’installer ailleurs dans des zones sensibles  dont  le prix immobilier va baisser.

 

            Pour lutter contre l’insécurité le  Maire a la possibilité légale avec le préfet de convoquer  des CLSPD  ( Conseils Locaux de Sécurité Publique et Délinquance) regroupant tous les acteurs locaux, établissements scolaires, police, municipalité, bailleurs sociaux  pour tenter de coordonner leurs actions. Avec plus ou moins de bonheur ! Je laisse aux lecteurs de vérifier l’existence de telle procédure dans leur commune. Il faut cependant souligner la qualité de l’information fournie par la police et la gendarmerie avec la publication des états dits 401. On attend avec impatience que cet exemple de diffusion d’informations sensibles soit suivi par l’Education Nationale.  

 

La réponse politique varie selon les partis. A gauche, le PC est réticent aux caméras et à l’instauration de police municipale, ce qui se traduit par une insécurité forte dans ces municipalités avec une concentration des zones de non droit. Il réclame néanmoins des renforts de policiers. Les municipalités PS ont un comportement plus pragmatique, quitte à ne pas prendre de position « idéologique » claire sur les caméras et la police municipale. Quant aux autres municipalités, le pragmatisme règne avec l’accent mis sur les caméras de vidéo surveillance

 

            Il faut souligner que le volet répression est notoirement insuffisant pour traiter la petite délinquance des jeunes sans travail, stigmatisés par leur absence de formation initiale. La solution retenue est désespérante et consiste à repousser ces jeunes  hors de sa commune en adoptant des techniques de dissuasion plus efficaces que celles de la commune voisine. Mais est ce réaliste ?

 

En conclusion, nous réclamons une information citoyenne fournie par l’Education Nationale c'est-à-dire  ensemble de tableaux de suivi pour chaque établissement (incidents, avec une typologie précise, nombre d’exclusions, nombre de jeunes sortis sans aucune qualification, un bilan social…) . Pour le volet politique, votez en vous basant sur l’existence d’une volonté de lutter contre la délinquance ( existence d’un CLSPD, de caméras, d’une police municipale). Ce n’est pas uniquement une question de gauche ou de droite !



Partager cet article

Repost 0
Published by RiskInParis - dans Présentation